Ingrédients


notre promesse en matière d’ingrédients


À Aveda, l’art et la science des essences pures de fleurs et de plantes, nous croyons que la Nature est la meilleure source de beauté. C’est pourquoi nous nous efforçons continuellement d’accroître notre utilisation d’ingrédients naturels dérivés chaque fois que c’est possible.

Composé naturel dérivé : nous définissons les ingrédients naturels dérivés comme ceux dont plus de 50 % des molécules sont issues d’une plante, d’un minéral non pétrolier, de l’eau ou d'une autre source naturelle.

Notre engagement à offrir des produits d’origine botanique de haute performance plus respectueux pour la planète, une bonne chose pour nous tous, ne se limite pas à l’utilisation d’ingrédients naturels dérivés.

FAQ sur les ingrédients >> 

 

aveda et les ingrédients verts
 

Notre mission privilégie l'élaboration de produits utilisant le plus possible ce que nous définissons comme ingrédients verts.

Chez Aveda, nous visons à nous assurer que les produits sont bénéfiques pour nos clients grâce à une performance exceptionnelle, tout en continuant de tenir une promesse de responsabilité en matière sociale et environnementale.

Les produits Aveda sont formulés sans parabènes, phtalates ou laureth sulfate de sodium.

Nous nous efforçons de faire en sorte que la diversité écologique et culturelle soit représentée en nous approvisionnant de manière responsable en ingrédients clés provenant de différents habitats dans le monde entier. 

Grâce à une indemnisation équitable, nous produisons un impact positif sur les populations et économies d'où proviennent certains ingrédients de nos produits.

Aveda croit fermement que la marque réussira à atteindre ses objectifs en s'investissant pour utiliser autant que possible ce qu'elle appelle des ingrédients verts dans ses produits. Ce que nous définissons comme ingrédient vert doit rencontrer au moins l'un des critères suivants :

• Composé naturel dérivé que nous définissons comme le produit de plus de 50 % de molécules végétales, de minéraux non-pétroliers, d'eau ou autre source naturelle.

• Certifié biologique.

• Recueilli à partir de sources végétales durables et renouvelables et n'ayant pas d'impact négatif sur l'écosystème dont il est prélevé.

Pour Aveda, continuer d'accroître le nombre d'ingrédients verts utilisés dans nos produits est un élément vital pour assurer le respect de notre engagement envers une Mission pour préserver le monde dans lequel nous vivons.

L'usage d'ingrédients verts par Aveda en pratique :

• Depuis 2000, Aveda a considérablement augmenté ses achats d'ingrédients bruts à base de plantes biologiques et d'huiles essentielles biologiques de 20 % à 25 % en tonnage total à plus de 90 %, tout en augmentant également son tonnage total de manière significative. Le pourcentage exact varie d'une année à l'autre à cause du mélange de produits et de la disponibilité d'ingrédients certifiés.

• Aveda a établi la traçabilité Soil to Bottle™ pour certains ingrédients clés, ce qui lui permet de progressivement documenter et élargir la provenance de ces ingrédients, tout en favorisant la qualité à travers sa chaîne d'approvisionnement.

• L’élaboration de sa technologie exclusive de bétaïne de babassu s’inscrit dans l’effort d’Aveda de développer et utiliser des choix durables à base de plantes pour remplacer les produits pétrochimiques lorsque possible.

• Toutes les huiles essentielles d'Aveda sont transformées d'une manière écoresponsable par distillation à la vapeur.

 

sélection des ingrédients

 

Suivez les traces des ingrédients d’Aveda jusqu’à la ferme ou la coopérative de récolte. Nous appelons Soil to Bottle℠ ce parcours qui veille à offrir une juste compensation tout au long du processus.

Aveda crée des partenariats étroits avec certains fournisseurs ou communautés et elle essaie de faire appel à eux comme principale source d’ingrédients spécifiques. Nous faisons souvent référence à ces partenariats dans notre matériel promotionnel. Il arrive cependant qu’à cause de conditions hors de notre contrôle (sécheresse, organismes nuisibles, capacités limitées, etc.), ces fournisseurs ne puissent répondre à nos besoins pour un ingrédient ou en fournir une partie ou la totalité. Lorsque cela se produit, Aveda fait appel à d’autres fournisseurs comme sources de rechange de qualité jusqu’à ce qu’elle puisse reprendre l’approvisionnement de son principal fournisseur.

 

REGARDEZ NOTRE VIDÉO D'APPROVISIONNEMENT

 

 

ORIGINES AYURVÉDIQUES DU
CURCUMA ET DE L'AMLA

Voyez comment notre partenariat avec la ferme indienne fournissant notre
curcuma biologique aide la Terre, les fermiers et nous tous.


ORIGINES AYURVÉDIQUES DU CURCUMA ET DE L'AMLA


L’ayurveda est un système de traitement holistique millénaire dévoué à créer un équilibre entre le corps, l’âme et l’esprit. Ayurveda signifie « la science de la vie » et est au cœur d'Aveda depuis les tous débuts, lorsque nous sommes entrés en partenariat avec les médecins ayurvédiques Vinod et Kusum Upadhyay*. Ils nous ont permis de bénéficier de 5 000 ans de sagesse ayurvédique pour la fabrication de nos produits, dont certains sont formulés à base d'extraits hautement perfomants d'herbes ayurvédiques.

Pour respecter les principes ayurvédiques et pour des raisons écologiques, Aveda s’engage à utiliser des ingrédients biologiques. Cela a donné lieu à un autre partenariat ayurvédique entre Aveda et la compagnie indienne Nisarga.

Nisarga, qui signifie « nature » en Sanskrit, cultive des herbes ayurvédiques selon un mode agricole biologique et biodynamique. La société possède des terres agricoles et s'associe également à des fermes biologiques de propriété locale pour produire les herbes ayurvédiques commandées par les clients de Nisarga. Nous avons formé un partenariat avec Nisarga pour nous approvisionner en curcuma et en amla biologiques entrant dans la composition de certains de nos produits.

Le curcuma est cultivé à la ferme biologique Umbari de Nisarga, créant des emplois pour les villageois voisins qui plantent les champs, récoltent les rhizomes, effectuent l'étuvage et le séchage et polissent les herbes pour l'expédition.

L'amla est cultivé à la ferme indépendante Devarashtre, l'une des nombreuses à travailler avec Nisarga, ce qui a permis d'obtenir une certification biologique pour la terre et d'endosser les coûts liés à la certification qui constituent un obstacle pour de nombreuses petites exploitations. Les villageois récoltent l'amla à la main, retirant les graines et séchant le fruit avant l'expédition et la transformation.

À l'usine de transformation, Nisarga emploie une méthode d'extraction écoresponsable au dioxyde de carbone, qui ne laisse aucun résidu toxique et requiert des températures plus basses pour produire des extraits hautement efficaces.

Craignant les dangers des engrais et pesticides chimiques, elle encourage les agriculteurs à adopter l’agriculture biologique. La société a régulièrement organisé des séminaires pour environ 35 000 agriculteurs au fil des ans, et convaincu nombre d'entre eux d'adopter une éthique biologique. Nisarga assume les coûts de certification biologique pour ses partenaires agricoles et apporte un soutien éducatif continu pour aider à faire la transition avec succès.

Notre soutien à Nisarga aide la société à promouvoir la culture biologique, ce qui est bien mieux pour la terre, les fermiers et nous tous.

*Ses membres pratiquent la médecine ayurvédique et font des recherches ayurvédiques à la clinique et au centre de recherche Maharshi Bhardwaj à Haridwar, en Inde.

Suivez les traces des ingrédients d’Aveda

 

 

LE BABASSU OFFRE UNE VIE MEILLEURE

Les femmes ramassent les noix du babassu à Maranhão au Brésil depuis plusieurs générations.
 


LE BABASSU OFFRE UNE VIE MEILLEURE
 

Les femmes ramassent les noix du babassu à Maranhão (Mah-rah-NAH-oh) au Brésil depuis plusieurs générations. Les mères apprennent à leurs filles adolescentes comment casser chaque côté de la noix dure du babassu et comment enlever les graines pour les vendre, car pour les femmes vivant dans les régions rurales reculées, c'est une façon séculaire de faire vivre leurs familles.

Mais dans les années 1970, des éleveurs de bovins et des bûcherons ont envahi la région, abattant les arbres des forêts et faisant payer aux femmes le droit de ramasser des noix.

Selon les casseuses de noix : « Nous subissions beaucoup d'injustice. Et ceux qui se comportaient mal étaient protégés par la police. Nous avons eu plus de sept collègues qui se sont fait injustement emprisonner. Elles se sont fait poursuivre et nous nous sommes battues pour la justice – et nous avons réussi à les libérer. »

Les femmes et leurs communautés ont réussi à faire passer la « Loi babassu », qui protège maintenant les palmiers babassu et le droit pour la communauté de récolter les noix des arbres babassu sauvages qui poussent sur des terres privées.
Mais elles ne se sont pas arrêtées là. Les casseuses de noix se sont jointes à d'autres fermiers pour former une coopérative appelée COOPALJ qui leur donne plus de pouvoir afin de s'assurer d'être payé équitablement pour leurs travaux.

Raimundo Neto, PDG et cofondateur de COPPALJ, a déclaré, « Nous avons 158 familles qui sont membres directes de COPPALJ, et indirectement, nous estimons que nous aidons à peu près un millier de familles, mille cinq cents familles en moyenne. »
La coopérative achète les noix de babassu que les femmes ont récoltées et nous les pressons pour obtenir une huile brute qui est ensuite vendue à notre partenaire de mission au Brésil pour le raffinage.

La coopérative des casseuses de noix est aussi membre d'une organisation à but non lucratif appelée ASSEMA qui travaille sur des projets de développement communautaire, offre de l'assistance technique, de l'éducation, et se bat pour les droits des habitants locaux et la protection des arbres babassu.

Aveda fait partie de la vie des casseuses de noix depuis 1996 lorsque nous avons découvert le pouvoir de l'huile de babassu. Nous soutenons les casseuses de noix de deux façons.

Nous achetons un volume important d'huile certifiée biologique qui provient des graines qu'elles récoltent, les aidant ainsi avec un salaire – et nous aidons au financement des programmes ASSEMA qui aident les casseuses de noix et leurs familles et qui incluent l'éducation sur les pratiques d'agriculture biologique et durable pour accroître la sécurité alimentaire tout en protégeant les écosystèmes environnants.
Aider à changer des vies est important pour nous à Aveda. Tout comme l'eau potable. Nous avons donc trouvé un moyen de combiner les deux pour soutenir les familles des casseuses de noix. En 2011 et 2014, une partie de l'argent amassé pendant le Mois de la Terre a servi à aider les membres de la communauté de casseuses de noix pour qu'ils puissent avoir accès à l'eau potable.

Les familles d'une communauté devaient marcher pendant six kilomètres pour aller chercher de l'eau potable – ou utiliser un cheval pour porter l'eau à tout le village. Parfois, le cheval trébuchait et renversait l'eau sur le chemin du retour vers le village, faisant du voyage une grande perte de temps!

Notre subvention de 2011 a permis de financer la construction de trois systèmes de collecte des eaux de pluie, chacun pouvant conserver 30 000 litres d'eau. Trois toilettes à compost ont également été construites pour améliorer le système sanitaire.

Notre subvention de 2014 aide une autre communauté d'une façon similaire, améliorant ainsi l'accès à l'eau potable et fournissant un système sanitaire plus sûr.
Une femme de Maranhão nous a dit que le nouveau système d'approvisionnement en eau dans sa communauté est « la meilleure chose qui soit arrivée dans ma vie et celle de mes enfants. Pas seulement pour moi, mais pour la communauté. J'aimerais vous remercier du fond du cœur! »
Mais nous aimerions remercier les casseuses de noix pour tout le travail acharné qu'elles réalisent pour nous offrir – et à vous – le pouvoir du babassu.

L'huile de babassu certifiée biologique provenant du Brésil est utilisée dans plusieurs produits Aveda pour les cheveux, le corps et la peau.

SUIVEZ LES TRACES DES INGRÉDIENTS D'AVEDA

 

 

LE BOIS DE SANTAL DE L'AUSTRALIE-OCCIDENTALE

Le bois de santal duquel nous puisons notre huile pousse à l’état sauvage dans l’étendue large et aride de l’Australie-Occidentale et il est récolté par la population indigène locale.
 


bois de santal de l'australie-occidentale
 

L’huile de bois de santal (Santalum spicatum) est un ingrédient clé dans plusieurs mélanges d’arômes d'Aveda. Elle procure une profondeur riche de boisés, avec des notes lisses, qui créent un air de complexité et de mystère dans plusieurs de nos produits pour le corps, la peau et les soins des cheveux.

Le bois de santal duquel nous puisons notre huile pousse à l’état sauvage dans l’étendue large et aride de l’Australie-Occidentale et il est récolté par la population indigène locale.

Depuis plusieurs années, Aveda est partenaire de ces communautés afin d’y puiser des huiles essentielles de haute qualité et de les aider à connecter avec la communauté internationale des affaires. Tout en continuant la mission Aveda de prendre soin du monde, nous travaillons avec un distillateur local de l'Australie-Occidentale en nous assurant que ce que nous payons pour l’huile revient directement aux indigènes qui récoltent le bois de santal.

Suivez les traces des ingrédients d’Aveda

 

 

HUILE DE BURITI DU BRÉSIL

Il faut aller au Brésil pour constater la façon dont cette huile hydratante contribue à préserver le style de vie d'une communauté.
 


buriti du brésil

gorgé d’huile de l’arbre de la vie.

Au cœur du Brésil, il existe un dicton Piaui selon lequel : « là où il y a du buriti, il y a de l'eau », car l'arbre pousse le long des rivières. L'huile de ce fruit est tellement hydratante qu'elle nous a incités à établir un nouveau partenariat avec une société brésilienne qui partage notre mission de prendre soin du monde dans lequel nous vivons. Visant à améliorer la vie des communautés où elle trouve des ingrédients, Beraca achète de l'huile de buriti auprès de coopératives locales, fournissant un revenu à de nombreuses familles afin qu'elles puissent conserver leur mode de vie.

REGARDEZ NOTRE VIDÉO D'APPROVISIONNEMENT

 

 

ARGAN DU MAROC

Les femmes marocaines veillent à sauver l’arganier du désert envahissant et nous les aidons à décider de leur avenir et à protéger les arbres dont elles dépendent.
 

 

ARGAN DU MAROC

 

Les femmes marocaines veillent à sauver l’arganier du désert envahissant et nous les aidons à décider de leur avenir et à protéger les arbres dont elles dépendent.

Dans la région aride du sud-est du Maroc, aux frontières du vaste Sahara, se trouvent la forêt d'argan sauvage et des femmes déterminées à la sauver de l'emprise du désert. Grâce à la récolte des noix d'argan, les femmes sont en mesure de contribuer à la sécurité économique de leur famille, ce qui leur donne les moyens de prendre leur propre avenir en main, ainsi que celui des arbres dont elles dépendent. En partenariat avec Aveda, les femmes du réseau de coopératives Targanine sont en mesure de traiter les noix de manière plus efficace pour la vente sur le marché international. Aveda a également apporté une participation financière à des programmes éducatifs qui stimulent leur indépendance.

Pendant des siècles, les femmes berbères du Maroc ont utilisé des variantes d'huile d'argan en usage thérapeutique, en cuisine et pour des recettes de beauté traditionnelles, et les écales pour se chauffer. Mais ce mode de vie est menacé par la désertification. Au cours du siècle dernier, de vastes zones plantées d'arganier agissant comme barrières contre la désertification ont été rasées à cause de mauvaises récoltes et du pâturage animal, ce qui a réduit la nappe phréatique, augmenté l'érosion et favorisé l'avancée du désert. Depuis le début du 20e siècle, la forêt d'argan, qui fait vivre environ 3 millions de personnes, dont les femmes berbères, a vu sa taille se réduire, passant de 1,4 million d'hectares à un peu plus de 800 hectares, et sa densité a chuté de 100 à 30 arbres par hectare.

Fort de l'idée qu'en accordant une valeur économique à la forêt d'argan, sa conservation en serait stimulée, un professeur de la région forma la Coopérative Targanine pour mobiliser les femmes marocaines à la transformation et au commerce de la noix d'argan. Jusqu'à ce que soit formée la Coopérative Targanine, l'expertise des femmes membres et les bienfaits de l'huile d'argan étaient sous-estimés, et celle-ci était vendue dans des kiosques au bord de la route. À présent, les femmes transforment l'argan en dérivés pour le marché mondial, et la coopérative qui avait débuté avec un petit groupe de femmes est désormais devenue un réseau de six coopératives soutenant plus de 400 familles. Aveda s'approvisionne à 100 % en huile d'argan certifiée biologique par EcoCert à partir de ce réseau, et participe financièrement à l'achat d'équipement de transformation qui aide les femmes à séparer les noix et augmente la productivité.

Ces changements ont été importants pour les membres de la coopérative qui sont valorisées et respectées pour leur travail, et éprouvent un sentiment de fierté et d'accomplissement. Dans un domaine où les femmes ne sont traditionnellement pas instruites ni en mesure de travailler à l'extérieur, la Coopérative Targanine travaille à briser ce cycle, obligeant leurs membres à assister à des cours sur la planification familiale, les soins de santé et les finances, et à s'inscrire au programme en faveur de l'alphabétisation financé par Aveda au cours de l'année 2009. Les femmes elles-mêmes adhèrent à cette cause, et ont mis en place des programmes de reforestation pour regagner le terrain qui a été ravi par le désert. Planter de l'arganier est très ardu, il faut environ cinq ans pour évaluer si une pousse tiendra. Mais la coopérative Targanine, en partenariat avec les autorités marocaines des Eaux et Forêts, a réussi à restaurer des centaines d'hectares de forêt d'arganiers. « Il fut un temps où l'arganier servait de bois de chauffage. Aujourd'hui, cet arbre est notre source de vie. Nous le protégeons », raconte l'une des membres du réseau Targanine.

La Coopérative Targanine démontre à quel point des femmes en pleine possession de leur pouvoir peuvent générer un changement positif. Grâce au dévouement de ces femmes, il se crée plus de stabilité au sein de leur famille, les communautés locales ont davantage de débouchés économiques, et l'écosystème indigène est en cours de restauration pour les générations futures.


rose et lavande de bulgarie


Découvrez le partenariat entre Aveda et Enio Bonchev, une distillerie d’huile de rose et de lavande de Bulgarie, qui permet d'offrir un traitement et une compensation équitables au peuple rom.

Nichés dans une vallée au pied des Balkans en Bulgarie, près du petit village de Tarnichene, se trouvent des champs de lavande et de roses, ainsi qu'une distillerie dont les villageois locaux et de nombreux nomades Roms dépendent pour leur subsistance. La distillerie familiale Enio Bonchev, qui emploie des travailleurs pour cueillir les fleurs et exploiter la distillerie, représente la principale source économique pour le village, et ses propriétaires fournissent également de la nourriture, des vêtements, et l'accès aux soins médicaux à ses employés. Aveda contribue au soutien de cette économie locale en achetant de l'huile de lavande et de rose auprès d'Enio Bonchev. Aveda a également contribué à un fonds pour stimuler l'amélioration de la qualité de vie des travailleurs.

La distillerie fondée en 1907 a été fermée pendant près de 50 ans sous le régime communiste, laissant les travailleurs et nomades Roms de la région pauvres et sans emploi. Elle a rouvert ses portes en 1992 grâce à Dimitre et Filip Lissicharov, descendants du fondateur Enio Bonchev. La distillerie emploie environ 25 villageois à temps plein toute l'année. Environ 50 travailleurs supplémentaires sont employés pour l'entretien des champs, s'affairant à désherber et planter en dehors de la période hivernale. Puis pendant la saison des récoltes, 40 employés supplémentaires sont embauchés pour faire fonctionner la distillerie et 250 ouvriers supplémentaires, incluant des Roms, pour travailler dans les champs. Certains Roms vivent dans une ville voisine mais le transport est rare, alors la distillerie offre un service de bus trois fois par jour depuis et vers les champs. Les Roms descendent de leurs villages de montagne dans des chariots tirés par des ânes accompagnés de toute leur famille, et les enfants s'amusent avec des jouets (fournis par la distillerie) tandis que les adultes travaillent.

Cueillir de la lavande et des roses est un processus extrêmement laborieux : les travailleurs dans les champs passent toute la journée sous le chaud soleil d'été, à couper les tiges à la main et charger les fleurs dans des chariots. Beaucoup de distilleries réduisent les coûts liés à l'emploi en utilisant des machines pour ce processus, mais les propriétaires d'Enio Bonchev préfèrent conserver des emplois dans la communauté, et ce faisant, ils produisent une huile pure puisque la coupe à la main laisse moins de tiges dans les lots. Lorsque la saison de la cueillette est terminée, les travailleurs nettoient et replantent les champs puis transforment en compost les restes de matières végétales. « C'est notre terre », affirme le co-propriétaire Filip Lissicharov. « Nous la nourrissons car elle nous nourrit. C'est notre liberté, notre chez-nous, notre santé, tout ce dont nous avons besoin dans la vie. »

Chez Enio Bonchev, les récolteurs sont appréciés pour leur dur labeur. D'autres distilleries paient à la fin de la saison ou seulement lorsque la matière première se vend, ce qui laisse les travailleurs sans revenus pendant plusieurs mois. La distillerie Enio Bonchev paie des samaires quotidiens, ce qui signifie pour les travailleurs qu'ils peuvent nourrir leur famille tous les jours. Au bout du compte, ils gagnent suffisamment d'argent pour subvenir aux besoins de leur famille pendant les mois d'hiver. La distillerie fournit également du pâturage pour les animaux à la fin de la saison, de sorte que les ânes et chevaux des employés ne risquent pas de mourir de faim pendant l'hiver.

Aveda soutient la distillerie en achetant de grandes quantités de cette huile exceptionnelle, issue de plantes biologiques certifiées conformes aux normes USDA depuis 2002. Ces achats continus offrent une sécurité économique à la distillerie, permettant à ses propriétaires d'offrir des avantages supplémentaires. Ils fournissent des soins dentaires pour tous les employés à temps plein, et pour les travailleurs sur le terrain, ils engagent un médecin qui reste à proximité au cas où quelqu'un souffrirait d'insolation ou de malaise. Ils servent gratuitement le petit déjeuner et le déjeuner aux travailleurs anisi qu'aux enfants qui les accompagnent, et fournissent aux cueilleurs des t-shirts en coton léger et des chapeaux pour les aider à se protéger du soleil. En 2008, une subvention de la part d'Aveda a contribué à la construction de toilettes et de douches.

La distillerie Enio Bonchev montre parfaitement à quel point un modèle d'affaires reposant sur le traitement équitable et la compassion envers les employés et la communauté peut être couronné de succès. C'est un système qui bénéficie à toutes les parties concernées. Saison après saison, le bouche à oreille renforce la réputation de la distillerie Enio Bonchev, fondée sur le respect des travailleurs, alors les champs s'emplissent à nouveau d'ouvriers et le cycle reprend.

SUIVEZ LES TRACES DES INGRÉDIENTS D'AVEDA

 

 

CISTE D'ESPAGNE

Comme ceux qui récoltent cette plante certifiée biologique, l’extrait d’agrume espagnol est essentiel à Aveda. Notre lien avec les habitants du village andalou local nous a permis de créer une production écologique d’agrumes.
 


agrumes d’espagne


Comme ceux qui récoltent cette plante certifiée biologique, l’extrait d’agrume espagnol est essentiel à Aveda. Notre lien avec les habitants du village andalou local nous a permis de créer une production écologique d’agrumes.

Le cistus ladaniferus, jara en espagnol, est une plante de survie, de renouveau et de renaissance. Pendant des siècles, il a été à la base du paysage de l'Andalousie et la ressource invraisemblable grâce à laquelle la faune locale, l'agriculture et la végétation vivaient en équilibre. La plante de ciste est considérée par certains comme une mauvaise herbe sauvage ou un buisson. Il pousse à l'état sauvage en sol rocailleux, sec sur les plaines ensoleillées parsemées de chênes ou de chênes de Californie. En fait, le ciste se développe dans les sols les plus arides et rocheux, plus fortement dans le milieu sauvage d'Andalousie que partout au monde. Les conditions arides encouragent le ciste à s'implanter et à produire plus de résine, un ingrédient clé qu'Aveda utilise dans ses arômes comme agent hydratant puissant de sa gamme de soins raffermissants pour la peau green science™.

La plante de ciste fleurit une fois l'an : sa fleur à cinq pétales fripée et blanche s'ouvre au soleil de fin d'hiver pendant quelques jours seulement. Durant les mois chauds d'été, la plante dégage une résine collante le long de ses feuilles et de ses branches ainsi qu'un riche arôme réparateur. Une fois taillé, le ciste se regénère automatiquement en produisant de nouvelles branches pour l'été suivant.

Depuis le début du 20e siècle, les populations locales d'Andalousie récoltent et vendent le ciste sauvage aux parfumeries et distilleries européennes pour produire une huile. En 1989, Biolandes, une société française spécialisée dans l'extraction d'huile essentielle, a mis en place une usine de distillation dans le petit village rural de Puebla de Guzmán, en Andalousie, et formé des travailleurs pour récolter et traiter le ciste selon un procédé écologique et respectueux. En employant ceux qui sont connectés aux besoins et aux nuances de l'environnement local, Biolandes a revalorisé la production de ciste en son milieu, inspirant de nouveaux emplois pour ses communautés. Ces emplois permettent à certaines familles de demeurer dans leur région natale plutôt que de s'exiler pour trouver du travail. Ainsi, la récolte et la production durables d'huile de ciste soutiennent la croissance locale, les moyens de subsistance et l'harmonie.

Le processus par lequel le ciste est transformé à partir d'arbustes sauvages en une huile essentielle s'enclenche chaque été en Andalousie, où des centaines de travailleurs locaux recueillent les rameaux de ciste de culture biologique. Avec le sol sec craquant sous leurs pieds et les grillons qui chantent en vagues rythmiques, les travailleurs coupent des tiges de ciste de 2 pieds de long et récoltent à la main jusqu'à 400 kilogrammes par jour et par personne. Au moyen d'un outil de coupe en demi-lune appelé hoz, les hommes choisissent seulement les jeunes tiges mûres parfumées au sommet de la plante de ciste, laissant une tige de 6 pouces pour générer une nouvelle croissance l'année suivante. Cette méthode de taillis perpétue le cycle de croissance naturel des plants de ciste.

Une fois le ciste coupé, les tiges sont emballées en paquets de 15 kg et transportées par camion à la distillerie locale, où un groupe de 20 travailleurs locaux les transforment en gomme ou en huile. Dans un effort pour conserver les ressources et réduire les déchets, les restes de ciste sont utilisés dans des fours à bois pour créer la vapeur nécessaire à la distillation. De ces efforts, il en résulte qu'aucune énergie à base de pétrole n'est employée dans l'usine de distillation. Puis, les paquets de ciste fraîchement cueilli sont distillés à la vapeur pendant 24 heures. Les 400 kilogrammes de tiges de ciste que les travailleurs recueillent chaque jour produisent environ 300 grammes d'huile dorée qu'Aveda utilise dans ses arômes pour ses notes puissantes, douces, épicées et durables.

La quête d'Aveda pour trouver une huile essentielle de ciste bio de haute qualité l'a conduite à Puebla de Guzmán en 2002. À l'époque, ni la distillerie, ni l'huile de ciste n’étaient certifiées biologiques. Aveda a lancé une conversion, en partenariat avec Biolandes, pour aider à favoriser une transition en douceur du chemin difficile de la récolte et du procédé de fabrication conventionnels à l'agriculture biologique Le résultat est un modèle d'affaires transparent pour la conversion biologique, renforcé par le partenariat. Depuis 2005, l'huile de ciste d'Andalousie a été certifiée biologique par ECOCERT, une tierce société d'audit spécialisée en normes biologiques. Aujourd'hui, l'huile de ciste qu’Aveda reçoit de l’Andalousie est certifiée biologique. En conséquence, Aveda a doublé ses achats d’huile de ciste certifiée biologique de Biolandes, achetant 90 % de l'huile de ciste certifiée biologique de Biolandes produite en Andalousie.

Ce partenariat d'affaires durable entre Biolandes et Aveda continue de prospérer, comme le fait l'usine de ciste sauvage d'Andalousie. Le partenariat assure également une haute intégrité à l’huile essentielle biologique de ciste aux professionnels d’Aveda et leur clientèle, bouclant la boucle d’un cycle de durabilité. Avec le ciste en son sein, le village de Puebla de Guzmán constitue un écosystème à petite échelle, axé sur l’harmonie entre sa communauté et la Terre. Aussi renouvelable et remarquable que l'autocroissance du ciste sauvage, le cycle de la récolte à l'huile, du sol au flacon, incarne la beauté en équilibre .

« Le ciste c'est ma vie, la vie de ma famille, de mes enfants, mon héritage. »
- Roman, membre de la communauté de Puebla de Guzmán, Andalousie


Bienfaits de l'ingrédient du ciste
L'huile de ciste est également utilisée dans de nombreux arômes Aveda pour sa touche sucrée, épicée, et résineuse puissante et de très longue durée.

REGARDEZ NOTRE VIDÉO D'APPROVISIONNEMENT

 

 

Papier d'écorce de Daphne papyracea du Népal

Au sommet du monde, dans l'Himalaya, au Népal, les choses changent en mieux pour nombre de familles et pour les forêts également.
 


papier d’écorce de lokta du népal

Au sommet du monde, dans l'Himalaya, au Népal, les choses changent en mieux pour nombre de familles et pour les forêts également.

Tout a commencé il y a dix ans, quand Aveda était à la recherche de partenaires pour produire du papier fait main pour ses cadeaux des Fêtes. Nous voulions du papier dont l'approvisionnement serait durable et nous l'avons trouvé : le papier d'écorce de Daphne papyracea du Népal. Il est certifié conforme aux normes FSC (Forest Stewardship Council) et Wildlife Friendly, sans danger pour la faune.

Nous avons appris que les Népalais produisent du papier d'écorce de Daphne papyracae depuis le douzième siècle. Il était alors utilisé pour les décrets royaux, car il était réputé pour durer 1 000 ans. Nous l'utilisons maintenant pour couvrir nos boîtes-cadeaux de papier écologique pendant toute l'année.

Au cours des neuf dernières années*, nous avons acheté plus de 2 millions de feuilles de ce papier durable, ce qui a généré de l'emploi pour 5,500** habitants de villages éloignés ayant peu d'occasions de travailler. Un incroyable 90 % de papetiers sont des femmes, qui redonnent à leur communauté et épargnent de l'argent dans les coopératives pour assurer un avenir meilleur. En tout, 2 490 familles ont bénéficié directement des achats de papier fait main d'Aveda. Cela a permis d'aider 5 885 enfants à fréquenter l'école depuis 2007, plusieurs étant issus de familles très pauvres et qui autrement n'auraient pas pu se permettre d'être instruits.

Notre achat de papier a également été bénéfique pour l'environnement. Des groupes forestiers ont contribué à protéger 42 000 hectares de forêt fournissant l'écorce de Daphne payracae pour le papier de nos ensembles cadeaux, lequel fut certifié FSC. Notre papier d'écorce de Daphne papyracea est aussi certifié Wildlife Friendly®, ce qui signifie qu'il contribue à protéger la magnifique diversité faunique himalayenne, comme le panda roux et le léopard des neiges, en voie d'extinction. Protéger la forêt ne fait pas que préserver les habitats. Cela permet également de contrer les changements climatiques. C'est un cadeau pour nous tous.

Nous croyons que vous créez de la joie avec chaque cadeau que vous offrez, emballé de papier d'écorce de Daphne papyracea népalais.

*2007, 2008, 2009, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016. **À temps plein et temps partiel.